Qu’est ce qu’un Maker ? mon point de vue en 5 caractéristiques.

Qu’est ce que c’est qu’un maker, ou pourquoi OhmyFab! est un « french maker blog »?

Quand j’ai créé ce blog, j’ai été essentiellement inspiré par des « makers » américains ou anglo-saxon. Je me suis demandé comment nommer mon activité. A la fois bricoleur classique, intéressé par la menuiserie autant que le travail des métaux, adepte de la fabrication numérique tout autant que du travail du cuir, je me sentais bien dans cet univers maker. Mais je me suis dis, en bon franchouillard, francophone et fier de l’être, qu’il serait peut être bon de traduire de mot. Sauf que, ce n’est pas si simple!

Le mouvement maker, puisque oui, on parle souvent d’un mouvement ou d’une culture, valorisant le groupe au delà des individus – bien qu’il ai ses stars- est né sous l’impulsion d’une communauté, qui s’est réunie autour d’une version plus ou moins technique et technologique du « do it yourself »,

Ici, il n’est plus question de customiser son  jean comme dans les années 70 pendant lesquelles le mouvement punk crée le DIY en rejet de la société de consommation. Non le mouvement maker essaie de créer et fabriquer des objet de ses mains, plus ou moins technologique en faisant appel à des techniques divers, de l’ingéniérie à l’artisanat.

Je n’ai pas réussis à trouver de traduction valable, pour ma pratique, quasi aussi protéiforme que le mouvement lui même. Je me suis donc un peu penché sur le mouvement, pour essayer de définir en quelques points simples, qu’est ce qui fait de nous des makers.

Du coup, qu’est ce que c’est un maker? Ma réponse en 5 affirmations!

C’est un état d’esprit !

Le crédo du maker c’est la conviction que tout le monde,  quel que soit son environnement et ses compétences peut innover et créer quelque chose de nouveau. Etre un maker c’est avoir la volonter de hacker son environnement à tous les instants. Cet état d’esprit vous offre l’intime conviction qu’un problème ou une difficulté est l’opportunité de trouver au moins une solution qui va vous permettre d’aménager votre environnement.

Le mouvement maker et tout les outils qui sont nés autour sont une formidable opportunité pour faire rentrer l’innovation dans le coeur des gens. Les limites de moyens, d’outils et de compétences sont en grande partie gommée par les nouvelles opportunités qu’offrent les « makerspaces » en général. Les limites technologiques sont repoussées par des outils de prototypages simples et performants, comme les imprimantes 3D ou les cartes Arduino.

Vous aurez bien sûr à passer par une phase d’apprentissage pour maitriser ces outils, mais bien motivé vous pourez prototyper, tester et améliorer votre idée en quelques semaines sans avoir à passer plusieurs années sur les bancs d’une grande école d’ingénieur.

Cette liberation technique permet de de libérer votre état d’esprit et de se dire que pratiquement tout est possible et accessible à tous!

Apprendre par la pratique et l’expérience !

Dans les fablabs ou sur internet (y compris sur OhmyFab!), vous trouverez des milliers d’exemples de réalisations, de tout types, concernant des milliers de sujets différents.

Des tutos complets qui vont vous permettre de comprendre comment réaliser des objets ou des petites briques technologiques que vous pourrez réagencer à votre guise.

Il n’y a donc plus d’excuses pour dire « je ne sais pas faire »!

La pratique de ces expériences à peu de frais, sont l’occasion d’acquérir de nouvelles compétences et d’imaginer de nouveaux usages. De tests en expériences vous développez à la fois votre expertise de l’outil, mais vous libérez aussi votre énergie créatice, jusqu’à penser que tout ou presque est possible.

La simplification des outils permet d’apprendre rapidement et à peu de frais à maitriser un grand nombre de techniques. On peut commencer petit, et passer sa soirée à regarder une led clignoter sur son Arduino, tellement fier de l’avoir fait soi même. De succès en échecs, on met en oeuvre ses idées et ses envies et à chaque projet réalisé on voit grandir son expérience.

Mais c’est la pratique qui vous fait évoluer. Ce n’est pas en lisant (y compris ces lignes) que vous progesserez, donc passez à l’action! (finissez et partagez l’article quand même avant!)

Le matériel est secondaire !

Fini le temps ou un produit c’était un riche investisseur qui finançait une équipe d’ingénieur et une usine. Même si je caricature volontairement le schéma de la « vieille industrie », l’époque actuelle voit naitre des nouvelles oportunités pour les inventeurs en tous genres.

Quelque soit votre objectif, il est quasiment possible de le réaliser (pas sans effort, j’en convient).

Les espaces ouverts de création (fablab, makerspace, hackerspace, …) vous permettent d’accéder facilement et pour un coût accessible, à de multiples outils et compétences qui vont pous permettre de prototyper et optimiser votre idée. Les machines disponibles, telles que des imprimantes 3D, découpeuse laser, fraiseuses CNC ou même machines à coudres sont disponibles pour mettre en matière vos idées, jusqu’à obtenir le résultat escompté.

Le mouvement est aussi largement tournée vers la récupération et la transformation. Hacking, upcycling, réparation, autant de moyen de transformer un produit ou un composant qui se dirigeait vers la poubelle en une future création. L’investissement financier devient alors minime et quasiment à la portée de tous.

Vous pensez que votre idée peut servir à d’autres? Vous voulez lancer une petite production? Et bien c’est aussi possible! On bascule sur le versant un peu plus mercantile de la culture maker, vous trouvez plusieurs espaces capable de vous accompagner (et c’est pas une honte bien au contraire!). Incubateur ou accélérateurs industriels, sont capable de vous accompagner de l’idée à l’industrialisation. Pour le financement, le crowfunding permettra à un communauté de participer à la réussite de votre projet. Pour la commercialisation, internet et ses places de marché facilitent les cycles de ventes et votre accès directe à vos clients.

Si vous avez une idée qui vous tiens à coeur plus d’excuse pour ne pas tenter de la réaliser, et qui sait de la commercialiser.

Un attrait pour le numérique !

Nous sommes a l’époque du tout numérique (ou presque).

Il est évident en tant que maker, vous êtes un créatif technique qui peut et doit vivre avec son temps. Les technologies numériques et leurs applications directes sont des outils géniaux dans la palette du maker, à la fois au service de ses créations mais aussi dans les outils à sa disposition pour mettre en oeuvre ses projets.

Depuis la démocratisation de l’informatique personnel et de l’électronique grand publique dans les années 70-80, les outils au service du créatif n’ont pas céssé d’évoluer depuis, jusqu’à devenir des outils presque intuitifs et ne nécéssitant qu’un apprentissage très rapide, au moin pour des applications simples. A titre d’exemple, je ne suis pas du tout doué pour la programmation, mais j’arrive à faire comuniquer une carte arduino avec un téléphone portable en wifi… et ouai! Pour tout ça j’ai dépensé un vingtaine d’euros et passé quelques heures à découvrir les outils et interpréter des bouts de codes disponibles sur internet à ma sauce. Un peu de travail et de motivation sont nécessaire, mais c’est tout! Et après seulement quelques heures vous serez autonome pour créer quasiment tous les prototypes de ce qui vous passe par la tête.

Dans les outils le numérique a permi de révolutionner nos machines. La démocratisation des commandes numériques permet au plus grand nombre d’accèder à des machines très performantes pour des tarifs défiants toute concurrence. Il reste un minimum de savoir faire à acquérir dans la modélisation des objets et dans la mise en oeuvre des machines numériques. Mais au même titre que l’apprentissage de l’électronique demande un effort, avec ces outils vous verrez naitres vos idées dans la machine au bout de quelques heures. Imprimantes 3D, fraiseuses CNC et découpeuse laser sont des équipements courants de fablab qui vous permettrons d’aller au bout de votre créativité, quasiment sans limites.

Je ne cherche pas à dire que tout est simple, vous ferrez probablment un tas d’erreur, vous casserez des pièces et vous ratterez un projet sur deux au début. En revanche, vous pourrez réaliser vos projet par vous même, comprendre ce qui ne va pas et itérer très rapidement. Quoi de plus motivant que de voir son projet évoluer sous ses mains.

En même si la production numérique ne vous intéresse pas du tout, quand bien même votre truc c’est la réalisation d’objet en bois traditionels sans même utiliser un outil électroportatif, le numérique sera au service du partage de connaissances. Vous pourrez blogger, tourner des vidéos que vous partagerez sur youtube. Et c’est une transition parfaite pour mon point suivant!

La volonté du partage !

J’ai évoqué le sujet de l’apprentissage des outils et de la pratique pour mettre en oeuvre ces réalisation. Grâce à internet, il est devenu facile de trouver des milliers d’articles et de vidéos où vous pourrez découvrir des réalisations et des savoirs faire similaires. Mais ce contenu né de la volonté de partager de l’information sur nos passion. J’essaie à ma petite échelle de raconter mes projets à travers ce blog et mes différentes présences sur internet. Mais j’ai surtout acquis une très grande partie de mon savoir faire en surfant sur le web! Est-ce que j’aurais fait autant de choses sans l’inspiration des vidéos de Jimmy Diresta ou de Laura Kampf… Je n’aurais jamais réussis à allumer une LED sur un Arduino sans leur magnifique forum plein à ras-bord de projets et de personnes prêtes à vous aider à résoudre vos défis techniques.

Profitez des informations et partagez vos projets sur des plateformes comme instructables ou thingiverse. Il en existe plein d’autres, mais ce sont mes favorites.

Le maker se nourrit des informations des autres, mais doit aussi se donner le devoir de transmettre autant qu’il le peut.

Et parce qu’il faut conclure…

Le maker c’est finalement le monsieur(ou madame)-tout-le-monde, qui s’est un peu impliqué dans l’apprentissage de technologies plus ou moins simples pour essayer de créer les solutions qui contribuent à améliorer le monde qui l’entoure.

A la fois bricoleur, explorateur technique, inventeur, hackeur, ingénieur, artisan, élève et enseignant, il était impossible de trouver un définition en français capable de regrouper tous ces éléments.

Tant pis pour notre fièreté linguistique, vive les anglicismes : Je suis un Maker, nous sommes des makers!

Être un maker, c’est un état d’esprit. Les makers partent de l’idée que n’importe qui peut innover et changer le monde. Pour un maker, il n’est pas nécessaire d’être un expert ou un professionnel pour faire évoluer les choses. Chacun peut apporter des idées neuves, bricoler, expérimenter, et faire que les choses qui l’entourent répondent mieux à ses attentes.

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous aidera à vous devenir un maker!

N’hésitez pas à partager cet article sur les réseaux sociaux en utilisant les petits boutons sur le côté pour m’aider à faire connaître le blog.

N’hésitez pas non plus à me poser toutes vos questions ou partager vos réactions en commentaires en dessous.

Enfin, vous pouvez suivre l’actualité du blog et l’avancée de mes projets sur ma page Facebook, mon Twitter, mon Instagram et ma chaîne Youtube!

 

Crédit photo : Matt Biddulph

S'inscrire à la Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les informations d'OhmyFab!

PS : On ne garde votre e-mail que pour nous!

* champ requis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *