Ohmyfab-Fraiseuse-CNC-montage-mécanique-plateau

Ma nouvelle fraiseuse portique CNC (Episode 3 : la mécanique)

Après le montage à blanc, il était temps pour moi de démonter l’ensemble de la fraiseuse CNC pour finaliser l’ensemble et le remonter dans sa version définitive.

Alors je vous l’annonce tout de suite, j’ai eu un souci de prises de vues donc les photos sont malheureusement peu nombreuses et pas toutes de bonne qualité… Du coup cet article est à prendre comme un complément de mon montage à blanc précédent.

Alors, c’est parti pour un rapide résumé du montage!

Dans un premier temps, j’ai commencé par repercer les trous de petits diamètres qui ne sont pas sortis au laser, et tarauder tous les trous qu’il fallait tarauder.

Avant peinture, tôles sont entièrement poncées (grain 180), nettoyées et dégraissées (essence F)

Une fois les pièces de tôles finalisées, direction la peinture. Alors là, j’ai fait une bêtise! L’idée de base était de suspendre les pièces dans un mini cabine de peinture et de les peindre à la peinture bi-composant. Donc forcément je les ai peintes à plat sur un carton avec un aérosol en bombe, spécial métal quand même,mais dont je n’ai pas l’habitude, dans une pièces mal ventilée (avec un masque de qualité et juste avant de quitter l’atelier le soir, je vous rassure).

Ohmyfab-Fraiseuse-CNC-montage-mécanique-peinture

Cette peinture est très longue à sécher, donc pour passer à la deuxième face le lendemain, je les ai retournées et au moment de récupérer tout ça deux jours plus tard la peinture avait un peu adhérée au carton. Moralité, se presser est une mauvaise solution! Le résultat reste correcte et va rester comme ça, mais c’est dommage.

Pour le montage on reprend le même ordre que pour le montage à blanc. Rien de bien compliqué. Avec l’expérience, puisque dans le montage tout est surcontraint pour forcer l’ensemble à être bien à l’équerre, il faut positionner tout les éléments sans serrer trop les vis (au moins 2 ou 3 mm de battement). Puis serrer l’ensemble petit à petit en vérifiant que les éléments prennent bien leur place (le principe du serrage en croix en fait, mais en 3D, un genre de serrage en cube quoi…).

Les quelques photos que j’ai prise :

Ohmyfab-Fraiseuse-CNC-montage-mécanique-chariot-Y

Ohmyfab-Fraiseuse-CNC-montage-mécanique-structure-etabli

Ohmyfab-Fraiseuse-CNC-montage-mécanique-structure

Ohmyfab-Fraiseuse-CNC-montage-mécanique-fin-de-course

Ohmyfab-Fraiseuse-CNC-montage-mécanique-vis-à-billes

Ohmyfab-Fraiseuse-CNC-montage-mécanique-chariot-Z

Ohmyfab-Fraiseuse-CNC-montage-mécanique-fini

Ohmyfab-Fraiseuse-CNC-montage-mécanique-plateau

Après ce montage il était temps de vérifier l’équerrage et la mise à niveau de l’ensemble. Le niveau de stress est assez important, parce que mon système est très contraint. Les possibilités de réglages sont donc assez réduites.

La première étape a été la mise à niveau de l’établi. Sans réglage possible, je l’ai calé avec tout ce qui me tombait sous la main. pas parfait, mais correcte.

Ensuite, j’ai vérifié le niveau du plateau. Pas parfait, correcte, mais surtout parfaitement reproductible avec le plateau de l’établi. L’ensemble penche un tout petit peu, mais dans le même sens. on en conclu donc que les plateaux sont parfaitement parallèles.

Vient le moment de vérifier les équerrages. Petite équerre mécanique et grande équerre de menuisier, je mesure les défauts à la cale d’épaisseur… et je suis vraiment impressionné par le résultat!

Rien! Nada! Tout est quasiment parfaitement d’équerre! Talent? Coup chance? Intervention divine? Moi je dirais : talent!

Je dis quasiment parce que la plaque du chariot du Z est un poil basculée en arrière (3/10 au bout d’un équerre de 30cm). Je n’arrive pas bien à reprendre cette valeur sur les traverses, mais j’imagine que c’est tout le chariot du Y qui est un peu basculé en arrière (ce qui parait logique vu la configuration). Qu’à cela de tienne, 2 petites cales de tôles (0.25mm) glissées sous les patins du haut du chariot du X et le tout rentre dans l’ordre.

Enfin, il reste à vérifier la hauteur de la broche. J’ai pris la cote sous le chariot du Z, dans une dizaine de positions sur plateau. RAS! Il doit bien y avoir quelques dixièmes à droite ou à gauche, mais ça sera rattrapé avec le surfaçage du martyr.

Et bien voilà, ce montage ne diffère pas trop du montage à blanc, donc le manque de photo n’est pas critique, mais je m’en excuse tout de même.

Rendez-vous dans quelques jours pour le câblage électrique de la fraiseuse et le paramétrage du logiciel mach3 (avec plein de schémas et de photos, promis!).

Comme d’habitude, si cet article vous à plu, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en utilisant les petits boutons en dessous pour m’aider à faire connaitre le blog.

N’hésitez pas à me poser toutes vos questions en commentaires en dessous.

Enfin, n’oubliez pas de suivre l’actualité du blog sur ma page facebook, mon twitter et mon instagram.

A bientôt!

 

S'inscrire à la Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les informations d'OhmyFab!

PS : On ne garde votre e-mail que pour nous!

* champ requis

2 commentaires sur “Ma nouvelle fraiseuse portique CNC (Episode 3 : la mécanique)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *