Close
  • OhmyFab!

Ma fraiseuse CNC, 1 an après

En pleine période d’introspection et de remise en question ?

Possible, mais ça fait maintenant plus d’un an que j’utilise régulièrement la fraiseuse CNC que j’ai construit. Et j’avais envie de partager mon retour d’expérience par rapport à cette machine.

Pour commencer je tiens à dire que j’essaie d’être aussi objectif que possible quand j’écris cet article. Je le précise, parce que je ne vais pas critiquer grand-chose de ce qui a été construit. J’en suis vraiment content !

Alors comme souvent je préfère commencer par le négatif, pour finir sur une note plus positive.

Qu’est-ce qui ne va pas ?

En termes de conception pas grand-chose, mais j’y reviens. Par contre il y a quelques éléments pas finis, et des choses que j’aurais dû faire plus tôt.

Améliorer le plateau

C’est LE point noir de mon travail, j’ai un peu trop négligé les dispositifs de bridage des pièces sur le plateau et franchement c’est à l’origine d’un grand nombre de raté lors de mes usinages. Une pièce mal bridée, c’est une pièce qui bouge pendant l’usinage. Une pièce qui bouge, c’est autant d’imprécision. J’ai pas mal abusé du double face pour fixer les panneaux et autres pièces à usiner. Rien à dire, ça marche dans une bonne partie des cas et c’est pratique, mais ce n’est pas élégant ni digne d’un travail sérieux. Je viens de finir le rouleau, et je me suis fait une promesse, plus jamais je n’en utilise sur cette machine (ni un autre). Mais qu’est ce qu’il aurait fallu faire ? Un vrai plateau de machine, c’est à dire soit une table rainurée, soit perforée. J’ai regardé pour m’offrir ce genre d’accessoire et c’est assez dispendieux (d’autant plus que la machine est grande).

La solution va donc être de créer un plateau perforé en bois, prêt à accueillir un lot d’écrous à griffes fixés sur le dessous du plateau, qui sera solidement vissé dans le plateau existant. Pour parfaire le tout, j’ai commandé une série de petites sauterelles, que je vais monter sur des platines en contreplaqué au pas de mes trous, avec des petites vis moletées. Je n’aurais plus qu’à visser une sauterelle sur le plateau et fixer mon panneau, là où je le souhaite. Ce système de plateau perforé autorise aussi l’utilisation de brides classiques.

J’étudierais la possibilité d’utiliser un plateau à vide, mais ça implique une pompe à vide assez performante et dons assez couteuse elle aussi.

Créer une référence 0 physique

J’ai des fins de course que je n’utilise presque jamais ! Ce n’est pas très grave, c’est que je ne dois pas en avoir besoin. Ce n’est pas faux ! La plupart du temps j’utilise des panneaux plus grands que les découpes que j’ai à y faire, mais plus petites que la zone de travail. Donc je fixe mon panneau sur le plateau martyr de la fraiseuse, je place la broche au-dessus d’un coin (à peu près), et j’indique manuellement que mon 0 en X et Y est ici. Dans cette condition, le plateau est aligné à l’œil et ça suffit. Mais je suis aujourd’hui dans une situation où je dois couper précisément un panneau dont les extérieurs sont à garder. Alors je vais créer une petite équerre qui va marquer un coin du panneau. Je vais faire ça vite fait avec deux bouts de bois et passer la fraise pour les ajuster (et prendre mes passes de fraises comme 0.

Mais ça serait tellement pratique d’avoir cette installation existante sur la machine. Un « coin » 0 facilement repérable physiquement. Pour cette amélioration, j’ai prévu deux bouts de règle de maçon en alu, qui seront installé de manière à pouvoir se fixer au ras de mon martyr (dont les deux cotés auront été préalablement rectifiés. Dans le mach3, il suffira d’enregistrer la position de référence de ce repère du plateau par rapport au repère absolu de la machine avec ces fins de courses.

J’en profiterai pour ajouter un petit palpeur Z et un routine G-code pour faire un palpage automatique après un changement d’outil.

Faire les finitions

Ce n’est pas tout à fait lié, mais je n’ai jamais tout à fait fini cette machine. Je pense en particulier au panneau de la traverse qui n’a jamais été monté et aux chaines porte câble que je n’ai jamais installées. Censé renforcer la structure, il ne doit pas être si utile que ça, puisqu’il est posé à coté depuis le début.

Mettre un peu de nitro dans l’électronique

Les déplacements rapides manquent un peu de jus. Ce n’est pas bien grave, puisque les vitesses en usinage sont suffisantes (même si je dois du coup pouvoir gagner un peu), les transferts d’un coin à l’autre ressemblent souvent à un long road trip contemplatif. Je ne sais pas quel composant est en cause, mais je pense que l’alimentation mériterais d’être d’une tension plus élevée. Elle est en 24v from Shenzhen Pouce en l’air tandis que mes autres machines sont en 36 et 48 V Mean Well. La vitesse s’en ressent clairement. Les autres éléments limitants sont les drivers des pas à pas. Entre les Soprolec monté sur mes autres machines et la TB 6600 à 15€ de chez mes amis Chinois, il y a une vraie différence. Si je suis relativement content de leur fonctionnement, je pense que la gestion de l’injection de courant et la propreté du signal n’ont rien de comparable. Je crois que pour débuter sur cette machine c’était très bien. Mais que réinvestir dans du matériel un peu plus haut de gamme ne ferait pas de mal !

Ajouter une aspiration

Pour le moment, je me contente de suivre mes usinages avec une aspirateur ou de laisser la fraise travailler au milieu d’un tas de copeaux. Mais un petit bloc aspirant autour de la fraise, permettrait d’aspirer une bonne partie des copeaux avant qu’ils ne s’entassent. N’ayant pas d’aspiration performante pour le moment, je n’ai pas pris la peine d’en faire plus. Mais je compte acheter un vrai aspirateur d’atelier d’ici quelques temps, il sera temps d’améliorer grandement la propreté de fonctionnement de cette machine!

On passe au positif maintenant !

Je vais être un peu plus court… Déjà, parce que c’est toujours plus facile de parler des défauts que des qualités. Mais franchement en dehors de ces détails, cette machine est TROP COOL ! Elle démarre au 1/4 de tour, et me rend bien des services ! J’ai souvent plus vite fait de me faire un petit dessin et de le passer dans la fraiseuse que de me servir d’une scie, ou d’une perceuse. Et avec quel résultat !?

Une fraiseuse CNC précise

Je fais encore plein de bêtises de programmation et de stratégies d’usinages. Mais comme je ne fais rien en série, je n’ai que trop rarement l’occasion de peaufiner mes programmes et réglages. Mais quand j’ai parfaitement exécuté ce que j’avais en tête la machine réalise la pièce parfaitement. Oui c’est une machine, une vraie machine. Un robot qui exécute bêtement une tâche, y compris les âneries que vous lui avez demandé de faire, mais tout ça avec une précision diabolique.

A force de m’en servir, j’arrive à m’étonner moi-même. Découper un disque de bois et être incapable de retrouver le point d’entrée de la fraise… même pas une petite marque ! A chaque fois que j’y arrive, je ne vous le cache pas, j’esquisse un petit sourire !

Une vraie fraiseuse robuste

Oh que oui, parce si elle fonctionne parfaitement, ce n’est pas toujours mon cas. Et foncer pleine bourre dans les fixations, ça ne fait même pas peur.  Cette machine à la bonhomie fidèle vous met le bazar en vrac, les moteurs perdent des pas et vous mettez une grosse patate à l’arrêt d’urgence, à exploser les scores du punchingball de la foire (là j’ai pris su siemens ;)) ; Tout le monde reprend ses esprits, j’attends que la douleur de ma main se dissipe. Et ma grosse machine reprend son travail, quand vous lui demandez, sans aucun dommage, à part la petite fraise de 1mm que vous gardiez au chaud pour les délicats détails et qui malheureusement est, elle, passée de vie à trépas. Malin, vous en gardez la queue dans une boite, avec tous les autres cadavres de fraises, en vous disant que ça peut servir. Mais ça ne sert jamais à rien, vous les jetterez au prochain déménagement ! (comming soon!) Bref que de digression, que le truc le plus abimé en 1 ans, c’est un écrou qui s’est dévissé !

La broche

Et pour finir, un petit pouce en l’air pour la broche. Dans les composants Chinois qui équipent cette machine, s’il y en a bien un qui ne bronche pas, c’est la broche. Elle tourne parfaitement, sans jeu, ne fait que très peu de bruit et ne ralentit pas. C’était un peu un coup de poker, ne connaissant pas ce genre de produits. Et bien j’en suis ravi, rien à dire.

 

 

Et voilà un petit retour d’expérience sur cette machine. Tout n’est pas parfaitement parfait, mais je suis réellement très content de sa construction et de sa conception. En plus j’avoue un peu de fierté à l’avoir conçue et construite moi-même, donc en plus d’être un des outils les plus performant de mon atelier, je suis super heureux de m’en servir !

Si ça vous inspire et que vous voulez construire la même ou vous inspirer, c’est par !

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *