Fraiseuse CNC versus Imprimante 3D : Le match!

Pour ceux qui suivent un peu mes aventures de maker, vous avez pu découvrir pas mal de visuels sur l’impression 3D et mes tests avec ma nouvelle version d’imprimante 3D.

J’avais eu pas mal de problème avec le premier kit d’imprimante 3D que j’avais acheté, pas bien conçu, pas bien construit et donc ni précis, ni fiable. Vu mon métier et ma passion pour la création de produits, je me devais de tester. Et pourtant j’ai tout laissé tomber à cause d’une machine médiocre qui ne m’apportait aucune satisfaction. Elle n’était même pas bonne à se réparer elle-même…

Entre temps, je me suis mis dans la CNC et j’ai acheté et retapé une fraiseuse, puis conçu et construit un fraiseuse portique CNC. Mes résultats en CNC sont encore loin d’être parfait, j’ai encore beaucoup de progrès à faire pour améliorer mes états de surface, la précision de mes pièces et arrêter l’hécatombe de fraise à chaque fois que je veux faire une pièce en aluminium. Mais les résultats étaient là, parfois pénibles, mais bien présents.

Mais je ne pouvais plus passer à coter de l’impression 3D. Je me devais de reprendre ce projet, sous peine de complètement rater les évolutions de cette techno. Depuis quelques semaine j’ai reconstruit cette imprimante et même si je regrette certains choix, j’en suis quasiment au même stade qu’avec mes CNC, c’est pas parfait, mais je sors des pièces ! J’avais fait un article sur mon projet d’imprimante. Je voulais en faire une série pour suivre la construction, mais en plus de ne pas avoir pu y consacrer suffisamment de temps, je ne suis pas très satisfait de la construction. Je vous ferais quand même une petite revue de l’imprimante d’ici quelques temps.

Clairement avec ce projet, je me suis passionné pour l’impression 3D ! Les possibilités sont merveilleuses. Mais alors ? Imprimante 3D ou Fraiseuse CNC ? Quoi choisir ? Dans quoi dois-je investir ?

Les deux mon capitaine!

Quoiqu’il en soit, ça sera ma conclusion ! Alors autant ne pas y aller par quatre chemins. Je suis convaincu qu’il s’agit de deux outils complémentaires et que si financièrement vous pouvez vous le permettre (et que ça passe dans l’atelier…) allez-y, foncez ! Les premières imprimantes 3D peuvent être trouver à petit prix et on peut en faire quelque chose d’assez intéressant. L’investissement pour une CNC est un peu plus important, mais les capacités ne sont pas les mêmes… à vous de voir. Et pour vous aider à vous décider, c’est parti pour un match en 7 rounds !

Round 1 : Les matériaux

C’est sans doute un des points principaux qui rend la CNC toujours indispensable. Avec une imprimante 3D classique, c’est PLA et ABS uniquement. Ce sont des matériaux au caractéristiques intéressantes, mais ce sont des plastiques. Et on ne peut faire que ça ! Certains modèles plus haut de gamme, permettent d’utiliser des matériaux à base de bois ou des plastiques souples ou fibrés, très intéressants, mais qui ne remplaceront jamais l’aluminium ou le laiton (je ne parle pas d’acier, c’est rare que les CNC amateurs soient capable de le travailler).

On va dire que ce premier round va s’achever sur un match nul, étant donné que les choix matériaux dépendent de vos projets.

Round 2 :  Le volume de travail

Bon alors là, l’impression 3D va prendre une raclée ! Les imprimantes courantes travaillent le plus souvent dans un cube de 20 à 30 cm de coté. Les CNC portiques sont rapidement beaucoup plus grandes. Les tables de 40 x 60cm sont monnaie courantes. Le mienne fait 60x80cm par 180mm de course utile et la différence de prix n’est pas énorme.

Agrandir une imprimante 3D est un peu plus complexe, mais se lancer dans l’impression 3D grand volume n’est pas du tout impossible, on en trouve des modèles qui proposent de travailler dans un cube de 1m de coté.

Sur ce point la fraiseuse CNC prend un point !

Round 3 :  La vitesse

Les imprimantes 3D travaillent à de grandes vitesses, mais sur des toutes petites épaisseurs. Même si les fraiseuses sont plus lentes, il n’est pas rare de prendre des passes de plusieurs mm. Le temps de travail total est donc plus court en CNC.

Je modulerais tout de même mon propos sur des formes complexes, pour lesquels il va falloir beaucoup de passe d’ébauches et des finitions avec des fraises de petites tailles. Il faudrait comparer plus précisément.

Là encore je mets un point à la fraiseuse CNC.

Round 4 :  La précision

Je ne sais pas trop quoi dire… puisque ça dépend pas mal de votre machine et de votre adresse à la régler.

Les deux technologies sont capables de tenir relativement facilement des cotes au dixième de millimètre. En tout cas en théorie. Je l’ai réussi assez facilement avec mes deux fraiseuses. En revanche ça été beaucoup plus long et compliqués (en c’est pas encore top…) avec l’imprimante 3D. La technologie de dépôt de fil n’est pas idéale pour ne pas générer de défaut sur les surfaces. Il n’est pas rare d’avoir un petit truc de plastique qui dépasse et qui doive être repris à la main.

Je vais encore mettre le point à la fraiseuse CNC.

Round 5 : L’état de surface

Aïe… L’imprimante 3D qui commence déjà à souffrir va encore prendre un coup sur le bout du nez ! Les couches d’impression seront toujours visibles et c’est inhérent à la technologie et on y peut rien. Il y a plein de techniques pour finir le rendu des surfaces, mais ce sont des étapes de reprises manuelles dans tous les cas.

De l’autre coté du ring, la fraiseuse CNC demande de bien maîtriser la programmation et d’avoir l’outil adapté, mais est capable de sortir des états de surface presque parfait de la machine.

Et encore un point pour la CNC

Round 6 : La liberté de conception

Eh oh ! vous avec cru que l’impression 3D allait se laisser faire ? Dans un regain de confiance elle vient frapper un grand coup dans la mâchoire de la fraiseuse CNC.

Presque n’importe quelle imprimante 3D est capable de fabriquer des formes quasi impossibles à réaliser en fraisage. Et pour un peu que vous investissiez dans du plus haut de gamme, capable d’imprimer des supports solubles, vous pourrez même réaliser des pièces impossibles à faire avec n’importe quelle autre technologie. La fabrication additive est diabolique pour les concepteurs, c’est un nouveau champ de liberté qui s’ouvre et ça c’est absolument génial.

Il va falloir une 5 axes et un tas d’outils bien cher pour aller fraiser des pièces qui sortent très facilement de votre imprimante 3D

Round 7 : le prix

Reboostée, l’impression 3D décide de se venger et de coller un bon uppercut à la fraiseuse CNC. Le prix d’une imprimante 3D de bureau basique commence dans les 200 ou 300€ chez nos amis asiatiques, là où une petite fraiseuse portique va vous coûter dans les 1000€ minimum.

Et oui, plus légère, presque sans contraintes mécaniques, les structures sont plus légères, plus simples et beaucoup moins chères. Et si vous montez en gamme, cet écart continue à se creuser.

Les buses et résistances sont presque les seules pièces d’usures et là encore, les tarifs pour du matériel courant n’ont rien à voir avec les outils de fraisage.

Fin du match !

J’ai essayé de comparer des technologies très différentes. Mais ce sont souvent des outils que les makers veulent acheter et hésitent souvent entre l’un et l’autre pour commencer.

Je garde une grande affection pour les fraiseuses CNC qui pour moi restent un outil bien plus polyvalent et plus performant pour faire des belles pièces, solides et bien finies.

Mais mes dernières expérience en impression 3D laissent apparaître des opportunités de conception et une liberté immense, dont j’aurais du mal à me passer maintenant !

A vous de choisir l’axe que vous voulez privilégier !

Mais comme je l’ai conseillé pour les fraiseuses CNC ne soyez pas trop radin pour votre imprimante 3D. J’en ai fait les frais, et même si on trouve du matériel très peu cher, il n’est pas toujours exploitable.

J’espère que cet article vous a plu et vous aidera dans vos choix. N’hésitez pas à partager cet article sur les réseaux sociaux en utilisant les petits boutons sur le côté pour m’aider à faire connaître le blog.

N’hésitez pas non plus à me poser toutes vos questions ou partager vos réactions en commentaires en dessous.

Enfin, vous pouvez suivre l’actualité du blog et l’avancée de mes projets sur ma page Facebook, mon Twitter, mon Instagram et ma chaîne Youtube!

 

 

 

S'inscrire à la Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les informations d'OhmyFab!

PS : On ne garde votre e-mail que pour nous!

* champ requis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *