Close
  • OhmyFab!

Mes 8 conseils pour construire sa première fraiseuse CNC maison

Comme vous avez pu le suivre dans la série d’articles (a peine finie) concernant sa construction : j’ai construit ma propre fraiseuse CNC!

Ohmyfab-Fraiseuse-CNC-montage-mécanique-plateau

J’en suis plus que fier, surtout au regard du résultat. Même si elle n’est pas parfaite, à peine finie et surement pleine de défauts que je vais découvir, c’est une machine tout à fait fonctionnelle, suffisamment précise et facile d’utilisation.

Si résumé en quelques articles la construction a pu vous sembler simple (elle l’est assez en fait) c’est aussi le fruit de pas mal de réflexion, d’un peu de savoir faire et de quelques échecs lors de projets précédents. Je regrette d’avoir perdu les photos de ma première machine… on aurait pu rire un peu.

Après avoir un peu analysé mes erreurs j’en ai tiré quelques enseignements, qui -à mon avis- méritent d’être partagés, pour vous éviter de perdre votre temps, dilapider votre argent et ruiner votre motivation.

Dans cet article, j’ai surtout l’envie de partager avec vous mes 8 conseils pour vous aiguiller dans vos choix pour créer et construire le plus facilement et le plus simplement votre fraiseuse CNC.

Evaluez vos capacités!

Même si je suis persuadé que n’importe quelle personne que ça intéresse suffisamment en est capable, construire une fraiseuse CNC demande un certain nombre de compétences, de savoir faire et de matériel.

La fabrication de sa fraiseuse peut aller d’une activité très simple (en assemblant un kit avec des outils de base) à un projet très compliqué en réalisant soi-même l’intégralité des pièces, de la mécanique à l’électronique.

Avant de vous lancer, prenez le temps de faire le point sur vos compétences, vos capacités et les ressources disponibles pour mener à bien ce projet. Tirez en les conclusions et adaptez vos choix et/ou votre conception à ces capacités.

Je suis par exemple passé par de la découpe de tôle d’acier au laser sous-traitée, plutôt que d’usiner moi même de l’aluminium, tout simplement, parce que je n’avais pas la possibilité d’usiner mes pièces, mon autre fraiseuse étant trop petite et que je ne me voyais pas le faire à la main.

Ne soyez pas trop ambitieux!

C’est sans doute un point qui va en décevoir pas mal : en construisant soit même sa machine il est peu probable que vous puissiez créer une fraiseuse capable de répondre à l’ensemble de vos attentes. Je ne veux pas dire que c’est  impossible, mais celui qui en est capable en est certainement à plusieurs constructions au compteur et le budget nécessaire souvent supérieur à l’achat de machine du commerce.

Restez donc dans un cahier des charges raisonnable, c’est à dire le plus souvent la découpe de matériaux que l’on dit « mou » (c’est pas très mécanique, mais on va faire avec). On pense le plus souvent à du bois (contre plaqué, mdf,…), des mousses, des plastiques, des composites et « parfois » de l’alu.

On va tout de suite mettre fin à la vie du « parfois ».

Soit vous acceptez que votre machine soit incapable d’usiner de aluminium, que par « miracle » elle y arrive ou qu’en insistant vous arriviez de temps en temps à faire une pièce un peu nulle en alu. C’est ce que fait ma machine, mais je l’assume très bien car elle n’est destinée qu’au bois à l’origine. En revanche, si vous voulez faire une machine capable de faire de belles pièces en aluminium, même rarement, pas le choix, vous devrez créer une fraiseuse adaptée à l’usinage de l’aluminium.

Quoi qu’il en soit, faites un choix, mesurez en les conséquences sur la construction et prenez une décision. Pas de décision c’est le risque d’une déception.

Mais Soyez Ambitieux quand même!

Après vous avoir bien miné le moral, je vais relativiser tout ça! Il est tout a fait possible d’usiner efficacement de l’aluminium avec nos machines, pour peu qu’on ai mis les moyens pour y arriver! Mais si vous décidez de faire une machine capable d’usiner de l’aluminium faite en sorte de mettre les moyens pour arriver au résultat. Ce n’est pas parce qu’on construit des petites machines dans nos garages qu’elle ne peuvent pas êtres rigides, bien conçues, bien réalisées et suffisamment performantes pour un usage loisir ou de petit artisanat.

De même ne voyez pas trop petit. Pour le moment, vous voulez une petite machine parce que vous ne savez pas trop ce que vous allez en faire. Mais dès que vous aurez pris goût à l’usinage et fait quelques belles réalisations, vous souhaiterez probablement faire plus grand. Donc sauf contrainte d’encombrement particulière, n’hésitez pas à construire une taille plus grand que votre projet de départ, surtout qu’à moins de vraiment changer d’échelle, la différence de coût n’est pas énorme.

Ne soyez pas trop créatif!

Surtout quand on débute, on se lance, des idées et des rêves plein la tête, prêt à révolutionner le monde. Sauf que si tout le monde réalise ses machines de manière similaire, c’est bien qu’il y a une raison : ça marche!

Si vous en êtes à votre première création, basez vous sur ce qui existe sur le marché, étudiez les machines des grandes marques et reprenez des concepts éprouvés. Il y en a trop dans les forums, les blogs et les boutiques pour ignorer les bonnes pratiques et se lancer dans un concept aussi farfelu d’inefficace.

Au même titre qu’il est impossible de jouer une symphonie sans avoir fait ses gammes, commencez par une machine simple et efficace, que vous pourrez faire évoluer par la suite.

Ne soyez pas radin!

Alors bien sur chacun fait ce qu’il peut. Je ne prône pas la sur-qualité et que tout le monde devrait utiliser des rails linéaires de grandes marques.

Par contre je milite pour éviter les économies de bouts de chandelles, qui pour conserver quelques euros vont largement faire baisser la qualité de votre fraiseuse. Un bon exemple : les axes non-supportés. Même avec de grosses sections, il est très probables que vous puissiez imprimer plusieurs millimètres de flexions au niveau de votre broche, ruinant la précision de votre CNC. Pour quelques dizaines d’euros supplémentaires, des axes supportés vous garantissent une rigidité bien supérieure. Même mes près de 90kg suspendus au portique de ma fraiseuse, j’arrive péniblement à quelques dixièmes de millimètres. Pour quelques dizaines d’euros (et encore), j’ai totalement métamorphosé le comportement de ma machine.

De même n’hésitez pas à dépenser quelques euros pour acheter tout fait ou faire réaliser des pièces qui vont pouvoir énormément améliorer la qualité de votre fraiseuse.

Je n’ai pas fait de calcul, mais je suis à peu près certain que la loi de Pareto peu s’appliquer. Plutôt qu’être trop radin, pour un résultat médiocre et finalement perdre votre argent, économisez et investissez 20% de plus pour améliorer de 80% la qualité de votre fraiseuse (le ratio reste à vérifier, mais vous comprenez l’idée).

N’hésitez donc pas à prendre un peu plus de temps pour économiser et vous offrir du matériel de qualité suffisante.

Ne soyez pas forcément dépensier pour autant!

Pour ce point, je vais encore faire appel à mon « pote » Vilfredo Pareto et sa loi des 80-20. C’est toujours un peu théorique, je n’ai pas non plus ni mesuré, ni calculé, mais je vous laisse comprendre l’idée.

Dans nos applications il est rarement nécessaires de créer des machines aussi performantes que celle du commerce. Donc, sauf si c’est nécessaire au respect de votre cahier des charges ou que vous voulez vous faire plaisir en achetant du beau matériel, n’investissez pas les 80% supplémentaires nécessaire à combler les 20% de différence de qualité avec une machine parfaite (et encore).

Quoiqu’il arrive votre première machine sera imparfaite (et les suivantes ne vous en faites pas). Vous allez commettre des erreurs de conception, de construction et subir je ne sais quel autres problèmes qui seront à la source de problèmes de qualité sur votre réalisation. Et là les composants que vous aurez choisis, n’y sont pour rien et ne compenseront pas votre erreur. Donc à mon humble avis, ce n’est pas la peine de dépenser des fortunes dans vos composants dès le début.

Pour résumer et synthétiser avec le point précédent, je dirais dépensez juste. Choisissez les composants les plus économiques à même de répondre efficacement à votre besoin. Pas plus, pas moins.

Prenez votre temps!

Ce point est finalement valable dans toutes vos activités. C’est un peu facile vous allez dire. Oui? Et bien je vais quand même en parler!

En premier lieu, prenez le temps de bien définir votre besoin. On pense souvent à ce que l’on veut faire mais on oublie trop souvent pourquoi on veut le faire. Faite une liste d’au moins 10 projets pour lesquels vous souhaitez utiliser cette fraiseuse CNC (si vous la remplissez en moins de 2mn, passez à 20, puis, 30, puis 40, jusqu’à ce que vous galériez un peu). Prenez en compte les contraintes que cela implique pour votre machine et rédigez votre cahier des charges en fonction.

Prenez aussi le temps pour en apprendre suffisamment sur la construction, pour concevoir votre fraiseuse, pour choisir les composants, pour l’assembler, pour la tester, pour la paramétrer, enfin pour toute la construction quoi.

Je ne suis peut-être pas doué, mais j’ai fait 100% de mes conn_____ erreurs quand je me suis précipité. Prenez 1mn, 1h, 1 jour de plus pour le faire bien. Votre fraiseuse devrait pouvoir marcher des années, elle vaut le coup d’être soignée.

Prenez aussi le temps d’apprendre à vous en servir. Maîtriser une CNC ne s’invente pas, soyez donc indulgent avec vous même et persévérez.

Lancez-vous!

Le dernier point, celui qui tue! J’ai essayé de partager avec vous ce qui sont pour moi les points clés pour réussir une belle fraiseuse CNC fonctionelle. Mais le plus important c’est de se lancer!

Vous pouvez même n’appliquer AUCUN de mes conseils (mais ne les oubliez pas), vous lancer dans n’importe quel projet de CNC sera toujours plus formateur que de regarder les autres faire sur internet.

J’ai évoqué – en début d’article – ma première machine, un truc nullissime, même pas bon à tracer un truc avec un crayon sur une feuille. Si aujourd’hui je suis fier d’avoir construit une machine sympa et fonctionnelle et que je me permets de partager avec vous quelques conseils, c’est parce que j’ai appris en faisant et en créant des machines.

Je pense que vous gagnerez du temps et que vous économiserez au final de l’argent à suivre mes conseils, mais quoiqu’il arrive le plus important reste de se lancer et créer votre fraiseuse.

 

Du coup, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter beaucoup de courage pour cette aventure, beaucoup de plaisir et de satisfaction. N’hésitez pas à partager votre expérience ou à demander de l’aide en commentaire.

Comme d’habitude, si cet article vous a plu, n’hésitez pas à partager ce post sur les réseaux sociaux en utilisant les petits boutons en dessous pour m’aider à faire connaître le blog.

N’hésitez pas à me poser toutes vos questions ou partager vos réactions en commentaires en dessous.

Enfin, vous pouvez suivre l’actualité du blog sur ma page facebook, mon twitter, mon instagram et ma chaîne Youtube!

 

Related Posts

2 thoughts on “Mes 8 conseils pour construire sa première fraiseuse CNC maison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *